Les travaux de la Maison de la Tourbière, ou la matérialisation d’un rêve

Il y a quelques années, le village des Ponts-de-Martel s’est mis à rêver d’un projet qui pouvait paraître un peu fou. Il était question de rendre un ambitieux hommage aux tourbières de la vallée. Elles, qui avaient amené aux habitants d’alors le confort du combustible et du chauffage, allaient enfin recevoir une considération digne de ce nom : une maison emblématique du village entièrement conçue à leur effigie, célébrant cette matière organique devenue si rare et pourtant essentielle à l’équilibre écosystémique.



Ce rêve a récemment quitté le monde des songes pour entrer dans le domaine du réel. En effet, si vous êtes passés devant le bâtiment de l’ancien Hôtel du Cerf aux Ponts-de-Martel, vous aurez remarqué que le chantier bat son plein depuis quelques temps dans tout le bâtiment qui accueillera bientôt la Maison de la Tourbière flambant neuve.


Mais quel est l’état actuel de ce rêve d’antan ? Est-il déjà entièrement devenu réalité ? Il est temps de s’arrêter quelques instants sur sa matérialisation, en faisant le point sur l’état actuel des travaux, afin de mesurer l’importance de ce chantier aussi impressionnant concrètement que symboliquement.


Avant toute considération sur l’état du chantier, il est nécessaire – pour rendre honneur à tous les bénévoles – de se rappeler que la partie « travaux » n’est que l’un des 5 groupes de travail du projet de la Maison de la Tourbière. Celui-ci se gère effectivement à partir de cinq sous-groupes : la gestion, la société coopérative, la fondation de la Maison de la Tourbière, la communication et enfin, le bâtiment. C’est cet ultime groupe de travail qui est présentement au centre de notre attention.


Piloté principalement par Pierre Tinguely, Didier Barth ainsi que l’architecte responsable, le groupe de travail en charge des travaux supervise continuellement l’avancement du projet… et celui-ci se rapproche petit à petit de son objectif. Le samedi 26 mars 2022, tout a commencé par le débarras du matériel se trouvant dans l’Hôtel du Cerf. Presque tous les objets ont trouvé preneur, gratuitement ou à très bas prix. Puis, la phase de démolition du bâtiment a commencé. Trois entreprises de maçonnerie du village des Ponts-de-Martel se sont associées pour ce travail musclé qui aura duré finalement un peu moins d’un mois. Cette démolition intérieure est maintenant mise en pause, le temps que puisse se faire la dépollution – plus particulièrement le désamiantage – qui devrait durer entre quatre et six semaines. La grosse démolition reprendra alors de plus belle, avant de laisser sa place, à la fin de l’été, à la phase de terrassement, maçonnerie, canalisations et installations techniques (chauffage, ventilation, sanitaire et électricité). L’objectif, pour cette fin d’année 2022, est de pouvoir poser la nouvelle charpente avant l’arrivée de l’hiver et de la neige l’accompagnant. Il s’agit d’un sacré défi qui s’est presque transformé en course contre la montre dû aux problèmes d’approvisionnements en matières premières que l’on connaît aujourd’hui.


Dès 2023, la dernière phase des travaux commencera avec, entre autres, des travaux de plâtrerie et peinture, de menuiserie, de couverture, et évidemment tous les aménagements finaux dont notamment l’installation de la nouvelle cuisine du restaurant ainsi que du nouveau mobilier. L’objectif est d’ouvrir le nouveau restaurant au mois de juillet 2023, ce qui ne laisse qu’une petite année pour effectuer tous les travaux mentionnés ci-dessus.



Maquette de la Maison de la Tourbière par les architectes de frundgallina


Une chose est certaine, les habitants des Ponts-de-Martel et de la région environnante ainsi que toutes les personnes touchées de près ou de loin par la Maison de la Tourbière ont hâte de découvrir ce bâtiment entièrement relooké. Il constituera en effet la clef de voûte du magnifique rêve de valorisation des tourbières des Ponts-de-Martel. L’exposition de ce patrimoine naturel se fera entre autres grâce à de nouveaux sentiers pédestres qui vont être créés. D’ailleurs, les travaux pour cette partie du projet sont sur le point de débuter… et tout le monde ne peut que se réjouir que chaque pierre constituant une petite partie de l’édifice de la Tourbière soit apportée jour après jour par chacun des artisans ou bénévoles, matérialisant un peu plus le rêve commun.