Le village et ses tourbières :

une histoire centenaire

3042-1024.jpg
—Pngtree—grass green plant_4740497.png
Capture.PNG
logo_ponts-de-martel.gif

La tourbe est constituée de végétaux décomposés dans les marais à l'abri de l'air. Son usage comme source d'énergie se fait depuis le 18e siècle en Suisse, d'abord à Zürich et à Neuchâtel.

Elle est extraite manuellement sous forme de briques ou de mottes, entreposée pour être séchées d'abord par 4 en châtelets, puis empilées pour former des grandes meules, les mailles. En tant que combustible, elle constitue un bon substitut au bois, qui était en pénurie au cours du 18e siècle.

Les ouvriers des Ponts-de-Martel récoltaient et entreposaient la tourbe avec des pelles et des fourches, avant de la stocker pour la sécher.

1217-773-max.jpg
logo_ponts-de-martel.gif

C'est au 19ème siècle que son utilisation se démocratise, pour couvrir les besoins énergétiques croissants des populations. Autant pour les ménages qui l'utilisaient pour se chauffer ou cuisiner, que pour l'industrie qui faisait fonctionner des distilleries, des fours à chaux, des forges ou des verreries.

Ainsi, son importance économique croît dans certaines régions. Les premières malaxeuses voient le jour, pour extraire la tourbe de façon mécanique.

Aux Ponts-de-Martel, nous avions nos propres malaxeuses qui facilitaient le travail des ouvriers et augmentaient la productivité.

1702-1224-max.jpg

Dans le courant du 20e siècle, concurrencée par le charbon qui est plus efficace et moins cher que la tourbe, la consommation de cette dernière diminue.

 

Mais lors de la seconde guerre mondiale, une directive de rationnement du charbon redonne vie à l'industrie de la tourbe. Ainsi, une dernière extraction massive débute jusqu'en 1945, puis s'amenuise pour n'être utilisée que dans l’horticulture.

En 1987, l'initiative de Rothenthurm votée par la population et les cantons suisses interdit l'exploitation de la tourbe, ce qui marque la fin de son usage domestique et industriel.

CS_289999.jpg

Repenser notre approche de la tourbière

Au même titre que dans d'autres régions de la Suisse, l'exploitation de la tourbe a gardé, jusqu’à son interdiction, une place importante dans le village des Ponts-de-Martel : elle fait partie de son histoire.

Si autrefois cette industrie était un enjeu économique important, aujourd'hui, les règlementations et les enjeux climatiques nous invitent à revoir notre regard sur ce formidable patrimoine naturel.

C'est pourquoi, conscients des enjeux sociaux encore vivaces aujourd'hui sur ce sujet, nous défendons le projet de la Maison de la tourbière qui permet de convertir une activité industrielle dommageable pour l'environnement en une activité de tourisme culturel viable.

Avec cette approche, nous souhaitons faire bénéficier le village et ses commerçants d'une plus grande attractivité touristique et économique.