maison_tourbière_site_internet2_000000.jpeg

Histoire de tourbe en 5 actes

Dès les années 70, l'exploitation artisanale de tourbe de chauffage fait place à de lourdes machines s'affairant bruyamment dans la tourbière. Les besoins ont changé! La tourbe, délaissée en tant que combustible, a trouvé une nouvelle utilisation: elle vient désormais en aide aux amateurs de fleurs en pots et de massifs d'hortensias...

Après la deuxième guerre mondiale, le niveau de vie ne cesse de s'élever. Dans une civilisation des loisirs en plein essor, le jardinage tient une place de choix!

30.png
31.png

Le jardinier apprécie la tourbe pour sa faculté d'aérer le sol, de retenir l'eau et de stocker les éléments nutritifs. L'acidité qu'elle procure permet notamment de faire pousser des rhododendrons sur les sols calcaires du Jura!

Dès 1971, plusieurs entreprises lorgnent vers les tourbières de la vallée. Des agriculteurs à la recherche de nouvelles sources de revenus se reconvertissent. Une exploitation s'ouvre dans le Marais-Rouge.

32.png
33.png

Au début des années 80, chaque Suisse utilise 15 kg de tourbe par an, provenant essentiellement d'Allemagne. Les jardins potagers, les bacs de géraniums et les pépinières en sont les principaux bénéficiaires.

Parallèlement, le compostage des déchets organiques vient soulager les usines d'incinération débordées par les montagnes d'ordures ménagères. Le compost remplace peu à peu la tourbe horticole.

35.png

La Maison de la Tourbière vous propose d'accéder aux contenus informatifs du sentier des tourbières par voie électronique en attendant la mise en place définitive des nouveaux panneaux.

Vous trouverez également de nombreuses informations relatives à l'actualité du projet dans la rubrique actualité de notre site Web.

Si vous souhaitez soutenir le projet de rénovation des sentiers, vous trouverez des QR Codes Twint à diverses endroit du sentier des tourbières.