Créer un bâtiment touristique multifonctions  : les plans sont établis

Pour sensibiliser le grand public à la disparition des milieux naturels, il faut plus qu’un itinéraire pédestre dans le haut-marais. Il faut lui offrir une destination d’écotourisme, offrant une immersion complète dans le milieu naturel.

L'Hôtel du Cerf date du début du 19e siècle et fut visité par le roi de Prusse, Frédéric Guillaume III, lors de son passage aux Ponts-de-Martel dans le cadre de sa visite de la Principauté de Neuchâtel.

Détruit par un mémorable incendie en 1905, ce n'est qu'en 1910-1915 qu'il prend la forme que nous lui connaissons aujourd'hui.

8ocH0pbYO7g18wYPGrXTmO374Otc6i9gMV5Oeter

Photo d'archive, Daniel Dreyer

En 2014, la société ponlière "Coopérative de l'Hôtel du Cerf" a racheté le bâtiment alors privé lors d'une vente aux enchères.

L'objectif de cet achat était, dans un premier temps, de permettre à l'hôtel de continuer ses activités de restauration, et dans un second d'y construire la "Maison de la Tourbière" pour valoriser le patrimoine naturel des Ponts-de-Martel. Ce bâtiment est bien connu de nombreuses générations de Ponliers.

IMG_0091.jpg

Photo Cyrill Burri

Doté de quatre étages et d'une grande surface exploitable, l'Hôtel du Cerf est au cœur de la vie du village. Il héberge un café-restaurant, un bar, mais également de nombreuses manifestations culturelles ou artistiques, ce qui en fait un lieu connu et fréquenté par la population locale.

Très apprécié pour son accessibilité via les transports publics, il marque fortement l'entrée Est du village grâce à son emplacement à proximité d'un carrefour, mais aussi par son volume et son architecture d'époque. Son histoire et ses caractéristiques en font un élément de l'identité patrimoniale du village des Ponts-de-Martel.

survol_village_flèche_cerf.png

Le projet de la "Maison de la Tourbière" propose une rénovation et une modification de ce bâtiment. Le but est principalement de pérenniser une attractivité publique et touristique au centre du village, et de moderniser l'ensemble de l'infrastructure.

La transformation proposée par le bureau Frundgallina architectes fas sia concerne son architecture intérieure et extérieure, incluant chaque étage du bâtiment.

179_FACADE COULEUR-200_200303_sans carto

Le rez-de-chaussée restera un restaurant, mais son offre sera actualisée. La cuisine et le service seront complètement rénovés et modernisés, ce qui permettra au restaurant de proposer aux visiteurs des plats composés de produits régionaux de qualité.

L'espace de droite permettra quant à lui d’accueillir les visiteurs au centre d'interprétation.

DYLAN-A3 rez1024_1.tif
179_MDT_M33_ETAGE 0_200716.jpg

Le premier étage abritera un centre d'interprétation pour le grand public. Dans un format interactif et un design moderne, mêlant affichages traditionnels et nouvelles technologies, il offrira un regard sur les haut-marais et ses liens avec la région.

Au premier étage également, un centre de compétence d'intérêt national destiné aux spécialistes permettra d'étudier le fonctionnement et la biodiversité des tourbières, leurs impacts, ainsi que les techniques qui permettent d'assurer leur restauration et leur valorisation sur le long terme

DYLAN-A3 1er1024_1.tif
179_MDT_M33_ETAGE 1_200716.jpg

La Maison de la Tourbière offrira également des hébergements en chambres individuelles et doubles confortables au deuxième étage. Au troisième étage et dans les combles, des dortoirs permettront d'accueillir des groupes.

 

Ces hébergements, destinés à des séjours tant individuels que collectifs, bénéficieront de l'infrastructure nécessaire pour séjourner dans des conditions agréables et profiter de l'offre de restauration.

DYLAN-A3 2e1024_1.tif
179_MDT_M33_ETAGE 2_200716.jpg
DYLAN-A3 3e1024_1.tif
179_MDT_M33_ETAGE 3_200716.jpg